Sida, il ne faut pas baisser la garde.

Sida, il ne faut pas baisser la garde.

Le rapport du Programme Commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), qui a été rendu public à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, montre que des progrès considérables ont été enregistrés dans la lutte contre cette maladie en 2011, et ce grâce aux avancées scientifiques et aux efforts consentis dans les différents pays. Ce rapport indique que les nouveaux cas de sida ont baissé de 21% depuis 1997, et que les décès attribués à cette maladie ont à leur tour été réduits de 21% depuis 2005. Selon ce même rapport, 34 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, 2,7 millions de nouveaux cas sont enregistrés par an et 1,8 malades en meurent par an.

D’après des estimations de l’ONUSIDA, 47%, (6,6 millions) des personnes éligibles aux thérapies antirétrovirales en 2010 ont accédé aux traitements ARV. Ces médicaments salvateurs ont permis d’éviter 2,5 millions de décès depuis 1995, et tout laisse à croire que l’augmentation de la prise en charge du sida aurait un impact important sur la réduction du nombre des nouveaux sujets atteints par cette affection.
Grace aux efforts consentis en matière de prévention, qui ont induit un changement de comportement sexuel en particulier parmi les jeunes, les nouvelles infections à VIH ont tendance à baisser ou au moins à se stabiliser dans la plus part des pays. En Afrique subsaharienne par exemple, le nombre de nouveaux cas a chuté en moyenne de 26% depuis 1997.

Toutefois, le nombre de nouvelles infections à VIH continue de croître en Europe orientale et en Asie centrale, en Océanie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, alors qu’il est resté stable dans d’autres régions du monde.

Au Maroc, le rapport national 2010, indique que la séroprévalence du VIH chez les femmes enceintes reste faible avec une quasi-stabilité depuis l’année 2000. Le nombre de personnes atteintes du sida a été estimé à près de 25.500 en 2009 et la prévalence du VIH à 0,11%. La transmission sexuelle du sida est largement prédominante ce qui explique la tendance à la concentration du sida parmi les groupes les plus exposés tels que les professionnelles du sexe. Les régions de Sous Massa Draa et de Tensift Al Haouz englobent à elles seules 46,2% des cas notifiés au Maroc au cours des cinq dernières années.
Le Maroc n’est pas resté les bras croisés face à de fléau, et au cours de la période 2008-2009, des progrès significatifs ont été enregistrés grâce au plan stratégique national (PSN). Ce plan intègre L’implication de tous les intervenants et une stratégie efficiente de communication axée essentiellement sur la prévention et la prise en charge des malades.

Malgré tous ces efforts, des obstacles à l’accès universel au traitement et au et au dépistage demeurent, ce qui devrait pousser tous les acteurs de la santé et tous les autres intervenants à se mobiliser pour lutter efficacement contre le sida, y compris dans les régions les plus éloignées.
 

Mer. 14 sept. 2016